top of page
  • Photo du rédacteurLizzie

La photographie, une révolution mondiale

Le physicien français Nicéphore Niépce entreprend des recherches pour fixer sur une matière des images obtenues au fond des chambres obscures*.


*boîtes pourvues d’un orifice munie d’une lentille qui projette sur le fond l’image renversée de la vue extérieure qui étaient à la base utilisées d’outils pour dessiner






Chambre photographique de Nicéphore Niépce









Il est en 1816 à l’origine du premier moyen photographique et de la première photo.

Après avoir immortalisé une vue depuis sa fenêtre, c’est grâce à du papier enduit de sels d’argent qu’une image de la nature sort en négatif** après plusieurs jours de pose. Avec la lumière, les feuilles s’assombrissent et l’image ne reste pas fixée. Ces images sont ce que Niépce appelle des « rétines ».


**couleurs inversées par rapport à la source




Rétine au chlorure d’argent (reconstitution)

Image issue du site de la Maison Nicéphore Niépce : https://photo-museum.org/fr/niepce-invention-photographie/






Le physicien voulait aussi obtenir des images positives. Pour ce faire, il choisit l’oxyde de fer et l’oxyde noir de manganèse, des composés qui se décolorent à la lumière et qui ne noircissent pas. Le rendu est correct et positif mais mal fixé. Niépce doit retirer le produit qui n’a pas été transformé par la lumière. De ce constat, il étudie les effets de la lumière sur les acides et cherche une technique pour produire des images gravées dans un support. Sur une pierre calcaire, il a étendu l’acide en espérant que l’intensité de la lumière graverait le support en respectant les couleurs de l’image projetée. Malheureusement, ce n’est pas une réussite car les acides ne se sont pas décomposés.

Mais Niépce ne perd pas espoir et après de longues recherches, c’est en 1824 qu’il va obtenir la première image fixée au monde avec des pierres lithographiques recouvertes de bitume au fond d’une chambre obscure. Le temps de pose demande plusieurs jours en plein soleil. En 1825, le physicien utilise un support en cuivre puis en étain en 1826 et produit des images gravées.

En 1828, il fait la découverte des demi-teintes et obtient des photographies en noir et blanc sur du métal. Elles sont d’une précision remarquable pour l’époque.

En 1829, Louis Daguerre alors peintre français rejoignait les recherches de Niépce. Trois ans après, ils ont mis au point un deuxième moyen photographique issu cette fois du résidu de la distillation de l’essence de lavande. Une journée de temps de pose suffit à sécher les images.

En 1833, Daguerre poursuit seul les travaux de recherche du défunt physicien. Cinq ans après, il invente le daguerréotype, le premier moyen photographique comprenant le développement.





Chambre pour daguerréotypie de 1839 conservée à l'Académie royale des sciences et des arts de Barcelone






Il s’agissait d’une plaque d’argent recouverte d’une fine couche d’iodure d’argent placée dans la chambre obscure. Des vapeurs de mercure menaient à l’apparition d’une image fixe conçue pendant l’exposition à la lumière. Cette technique amplifiait tellement l’effet de la lumière, que le temps de pose ne dépassait jamais les 30 minutes. Pour fixer l’image, Daguerre immergeait le support dans de l’eau pleine de sel marin.


Après l’invention de Nicéphore Niépce et de Louis Daguerre, plusieurs chercheurs ont continué leurs travaux faisant ainsi évoluer la photographie. Cela me pousse à me demander : En quoi la photographie a révolutionné le monde ?


La photographie est un outil qui sert d’archives et de documentation. Stocker des photos de nos jours est une nécessité, plus au format numérique qu’au format papier. En effet, jusque dans les années 2010, on imprimait souvent des photos pour en faire des albums souvenir. Cependant, depuis l’omniprésence des réseaux sociaux, ainsi que l’existence d’outils et de matériels de stockage (disque dur, clé USB, carte SD, ordinateur, tablette, téléphone, logiciels, etc.), plus besoin d’imprimer toutes ces photos que nous prenons en grande quantité. Il faut juste avoir l’espace numérique suffisant et adapté.

Grâce à la photographie, on peut répertorier et voir visuellement sans pour autant être à côté des personnes, des animaux, des lieux… Elle peut aider aux recherches en apportant un côté pictural.

On peut préserver le patrimoine historique en mémoire et observer l’évolution de lieux et de monuments à différentes époques.

On peut aussi garder des souvenirs d’événements passés, avoir une rétrospective de soi, de sa famille et de ses amis à différents âges, différentes périodes. Ainsi on peut constater une réelle évolution dans ses traits, son physique, sa manière de s’habiller ou de se tenir, etc.

En outre l’image apporte de l’information visuelle à une information écrite. Elle est rapide et résume l’écrit qui peut être long et redondant.


La photographie est aussi un outil artistique.

Nul besoin d’être un professionnel. Prendre en photo ce qui nous parait beau ou le modifier pour le rendre beau s’avère très satisfaisant. En photographiant, on aiguise notre concept de la « beauté » et on distingue ce qui nous plait dans la vie de ce qui ne nous plait pas.

Depuis des années, prendre des photos relève maintenant du partage. Il y a des expositions et même des festivals. Certains font des ateliers et des balades photo. De nos jours avec les smartphones, on diffuse facilement et rapidement des photos sur les réseaux sociaux ou à nos proches via des discussions privées. Chacun peut donner son opinion qu’elle soit constructive ou non. Alors sur les réseaux sociaux ça ne se gêne pas pour donner son avis, encourager, féliciter mais aussi décourager et rabaisser. Mais doit-on être un professionnel de la photo ou un photographe reconnu d’un diplôme pour photographier ? Tout le monde n’est-il pas légitime à faire de la photo à l’air du numérique ?

La photographie peut compléter ou être complétée par d’autres formes d’art. Elle peut aussi partager un autre art au même plan. Des peintres comme Eugène Delacroix, Jean-Auguste-Dominique Ingres se servaient de la photographie pour réaliser leurs œuvres et leurs travaux de recherche sur l’art. Delacroix a travaillé sur la synthèse de la couleur qui a mené à l’impressionnisme et a inspiré Van Gogh, Gauguin ou encore Matisse. Ingres a mis en lumière les lignes en les stylisant et en les déformant.

La photo peut aussi accompagner des écrits comme à côté du poème « A une passante » de Charles Baudelaire, où l’on peut voir la photo d’une femme se promenant dans les rues de Paris


Enfin, la photographie peut également être un outil thérapeutique.

En art-thérapie, la photo a fait ses preuves et elle est une grande aide au développement personnel.

C’est un moyen d’expression à part entière. Comme avec toute forme d’art, on peut s’exprimer et laisser libre cours à notre imagination grâce à la photographie. On peut jouer avec les couleurs, les formes, les sujets, les différents plans et points de vue. On peut développer son propre style, s’amuser ou se professionnaliser. Presque partout où nous sommes, nous pouvons faire de la photo, il suffit juste d’avoir un smartphone, un appareil photo ou une caméra.

Lorsqu’on est pris en photo ou qu’on se prend soi-même en photo on peut dévoiler diverses émotions. Souvent celles-ci sont positives comme avec le sourire mais elles peuvent aussi dépeindre de la tristesse, de la peur ou toute autre émotion positive ou négative. L’appareil capture ces émotions et peut en faire de véritables thérapies pour celui ou celle qui en est le sujet. Être le centre de l’attention quelques instants peut aussi être bénéfique. On peut jouer les stars ou rentrer dans la peau d’un personnage avec certaines postures et expressions du visage.

Quand on photographie, on apprend à voir différemment ce qui nous entoure. On devient beaucoup plus observateur. On va faire attention aux détails, on va observer longuement. Au début ça sera difficile mais après on s’habitue et peut trouver cela agréable. On peut comparer cela à une sorte de méditation où l’on va se connecter au monde, à la nature, à la ville, aux autres.

Observer ce qui nous entoure va de soi avec l’émerveillement. Apprécier ce qu’on voit a un aspect thérapeutique. On peut se divertir et se soulager en observant et en photographiant. Quand on reverra les images on se souviendra des ressentis que l’on a eu et on pourra ressentir les énergies transmises par les photos.

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page